Colombie : on fait le bilan

La Colombie en 6 leçons

1. On n’a pas prétention à dire qu’on a vu le pays : en 3 semaines 1/2, on a à peine vu 5% du pays. Faut dire qu’on n’a pas forcé sur le début.

2. Le pays est vraiment exceptionnellement varié (lagune, tropiques, déserts, Amazonie, haute montagne, tout y est) et encore peu visité, en raison d’un passé que d’aucun qualifieraient de sulfureux. C’est pas pour dire de s’y précipiter, ce serait un peu contradictoire.

3. Le pays a beaucoup changé par rapport à l’image qu’on s’en fait. C’est pas nous qu’on le dit, c’est France 5 pendant 90 minutes, avec des gros morceaux de Valérie (notre pote de Carthagène) dedans.

4. Globalement, de partout on a senti une grosse énergie. Le pays a un gros potentiel, idéalement situé au carrefour des 2 bouts du continent américain, avec un patrimoine naturel considérable. Enfin libéré du conflit avec les FARC, il règne une effervescence où tout semble possible.

5. Le panel des couleurs de peau des locaux reflète l’histoire mouvementée du pays et les influences de toutes parts qui ont construit le pays (autochtones, colonisation, esclavage, émigration). Une diversité peut-être présente ailleurs en AmSud, mais qui nous a frappés au début.

6. C’est pas tout rose, hein. Bien sûr, il y a encore du trafic de drogue en masse, des infrastructures souvent moisies, de la corruption à gogo, des disparités gigantesques et les colombiens continuent de subir un contrôle aux frontières approfondi 75% du temps, mais le peu qu’on a vu rend optimiste pour l’avenir du pays.

 


 

De notre côté, après 2 premières semaines un peu chaotiques, le temps de se mettre pleinement dans les voyage, on prend maintenant vraiment beaucoup de plaisir. La liberté d’avoir autant de temps et aussi peu de contraintes, c’est assez grisant et on comprend facilement les gens qu’on a croisés qui sont partis depuis plusieurs années et qui ne savent pas quand ils reviendront. C’est pas (encore ?) notre cas, mais quel pied !

On a juste besoin de faire de petits ajustements sur la thématique du voyage. On est partis avec l’envie de ne pas faire que profiter. On aime bien le tourisme, mais pas trop longtemps, et si possible avec beaucoup de sport au milieu. On voulait avoir un fil conducteur pour le voyage, un cap qui nous oriente sur des rencontres et peut-être qui puisse nous influencer pour la suite. D’où l’envie de partir à la rencontre, au fur et à mesure du voyage, des initiatives sur la thématique de l’écologie au sens large.

Après ce mois en Colombie, très riche humainement parlant, on se dit que notre démarche est un peu bancale : les rencontres sont passionnantes mais avec un goût de trop peu et sans trop donner suite. Donc on est en train voir comment on peut modifier quelques ingrédients pour enrichir au max la suite du voyage. Suite au prochain épisode, et en attendant, bienvenido a Peru !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s